Sheila

sheila 01La jolie petite Sheila est née Anny Chancel, le 16 août 1945. Ses parents, André et Micheline CHANCEL, sont commerçants en confiserie sur les marchés de la région parisienne. Au début des années 60, Anny chante dans un groupe de rock, Guitares Brothers. C'est Claude Carrere qui repère la jeune fille et lui fait signer son premier contrat solo. Sheila enregistre son premier 45 tours, « Sheila ». En 1963, Sheila devient du jour au lendemain une vedette populaire. Son deuxième essai « L'école est finie » l'imposera plus encore, atteignant des records de ventes en s'écoulant à 1,5 millions d'exemplaires. C'est l'époque des yéyés, son producteur lui crée une image de sage jeune fille dans le vent, vêtue d'une jupe à carreaux et coiffée de couettes qui deviendront célébrissimes. Sheila est désormais un produit commercial parfaitement au point. Tout au long des 60's, sa carrière est ponctuée de tubes populaires : « Première surprise party » en 1963, « Vous les copains » en 1964, « Le folklore américain » en 1965, « Bang Bang »en 1966, ou « Petite fille de français moyen » en 1968. Elle continue de sortir un album par an et son premier tube 70's est l'incontournable “Les Rois Mages". Suivront notamment « Les gondoles à Venise » (en duo avec Ringo), « Tu es le soleil », « Ne fais pas tanguer le bateau » ou « L'arche de Noé ». Puis, en 1977, Sheila attaque un répertoire disco, en anglais. « Love Me Baby » et la reprise de « Singin' In The Rain » imposent Sheila dans la variété disco. Désormais, c'est entourée d'un trio de chanteurs et danseurs, le groupe américain B. Devotion, qu'elle évolue. « Spacer » décroche une notoriété aux États-Unis où elle résidera huit mois. Pour Sheila, une longue période de difficultés commence. Cette dernière se sépare de Claude CARRÈRE et sa carrière dégringole. En 1985, elle subit un sérieux revers. Alors qu'elle n'a jamais fait de scène en vingt ans, elle décide de chanter pendant un mois sur celle du Zénith de Paris. Les concerts sont un semi-échec. De nombreuses dates sont annulées. Durant les années 90, Sheila revient pourtant avec l'album « Dense », en 1999. La tendance est à la dance, la chanteuse suit le mouvement. Sa vie artistique est également sur la route. Elle continue des galas à travers toute la France.

 

Vie privée
Icône des yéyé, l'interprète de « L'école est finie » et de « Spacer » a traversé les décennies, suscitant la passion chez ses fans. Une fan base qui a survécu à la fin du disco et qui a pu suivre le fil de ses amours dans les magazines. Retour sur ses hommes.
Ringo : De son vrai nom, Guy Bayle, Ringo croise la route de la jeune Sheila au cours d'une séance photos organisée pour le magazine Télé Poche. Véritable amour ou coup de pub… Les tourtereaux se marient le 13 février 1973 à Paris. Et quelques jours plus tard, le public découvre leur premier duo, « Les Gondoles à Venise », un tube écoulé à 600 000 exemplaires. De leur relation nait bientôt un petit Ludovic, le 7 avril 1975. Ce qui n'empêche pas les médias de relayer des rumeurs de rupture entre les deux stars. Leur séparation a officiellement lieu en 1979. Et c'est seule que Sheila élèvera leur fils.
sheila 03Claude François : Les deux stars des yéyés se rencontrent en 1963. Novices, ils font leurs débuts ensemble, produits par Claude Carrère. Et c'est à la même époque qu'ils rencontrent le succès, se retrouvant sur les plateaux de télé. Complices, ils resteront unis par une solide amitié jusqu'à la disparition du chanteur, le 11 mars 1978. La veille, ils étaient tous deux invités d'une émission suisse. Et c'est en larmes que Sheila a assisté le 15 mars aux obsèques de celui qu'elle avait choisi comme témoin de mariage.

Yves Martin : C'est au début des années 80 que Sheila rencontre Yves Martin. Le compositeur, qui a un temps œuvré sous le pseudonyme Lionel Leroy, s'est fait connaître en signant le générique de nombreuses séries télé, comme "Starsky & Hutch". Avec lui va s'ouvrir une nouvelle page de la carrière de Sheila. Le couple  dit oui devant monsieur le maire en février 2006.
Ludovic : C'est en 2005 que le public découvre les relations compliquées entre l'icône des yéyés et son fils, Ludovic Chancel. Celui qui a grandi dans l'ombre d'une maman superstar et souvent absente est passé de la prison dorée à la chute libre. Drogue, orgie de sexe, le jeune homme touche le fond, comme il l'écrit dans "Fils de", paru en 2005. Un livre dans lequel il égratigne férocement sa mère comme son père, qui l'a abandonné. Depuis, l'homme s'est marié mais les rapports avec sa mère demeurent nauséabonds. En 2012, il a même été condamné pour harcèlement suite à des SMS envoyés à Sheila et à son époux. La chanteuse, elle, se dit "incapable de lui pardonner".

 

Sa carrière
Au début des années 60, Annie chante dans un groupe rock, les Guitar Brothers. Mais, elle seule est engagée par une maison de disques. C'est Claude Carrère, encore apprenti producteur, qui repère la jeune fille et lui fait signer son tout premier contrat le 15 septembre 1962. Totalement inexpérimentée, celle qui se nomme désormais Sheila devient salariée à des conditions qu'elle dénoncera 20 ans plus tard au cours d'un procès retentissant. Pour l'heure, Claude Carrère prend en main la jeune chanteuse. Il devient son agent, producteur. Quelques jours après la signature, Sheila enregistre un premier 45 tours, « Avec toi ».
En 1963 : Sheila devient du jour au lendemain une vedette populaire. Son deuxième 45 tours est un tube. « L'école est finie » atteint des scores inédits de ventes (1,5 millions de 45 tours) et de succès auprès de la jeunesse. C'est l'époque des yé-yés, courant musical né de la fusion entre rock'n'roll américain et variété française. La grande mode est d'adapter des tubes américains dans la langue de Molière. Les maisons de disques signent de jeunes chanteurs à tour de bras et la plupart d'entre eux seront oubliés aussi vite. Les échecs sont nombreux, mais les succès retentissants. Sheila devient donc une idole du jour au lendemain, mais dans un répertoire plus sage, moins rock'n'roll. Ses chansons louchent un peu vers le twist à la mode.
sheila 04Des couettes à la queue de cheval : En 1967, à 21 ans, Sheila est l'héroïne d'une soi-disant autobiographie « Sheila par Sheila », qui conte les débuts de la jeune fille. Sheila est désormais une jeune femme et ses couettes ont laissé place à une coiffure qui ne bougera pas pendant quinze ans. Les revues et magazines pour la jeunesse se font l'écho permanent de son actualité, le tout savamment contrôlé par Claude Carrère désormais patron d'un puissante maison de disques. En 1967, c'est un certain Brett Hasley sur le tournage de « Bang Bang », puis vers 1970, on parle de Pierre Cohen, qui n'est autre que son professeur de tennis. En 1968, Sheila confirme son statut de star populaire avec le succès du titre « Petite fille de français moyen ». Tout est dit dans ce simple titre ! Depuis ses débuts, elle a sorti six 33 tours et pas moins d'une vingtaine de 45 tours, auxquels s'ajoutent les V.E.

Enregistrer

Enregistrer

Succès de Sheila

Get Adobe Flash player

Visit www.fbetting.co.uk Review Betfair