Autres Chanteuses Yéyé

Annie Philippe
annie philippe 01Dès son plus jeune âge, Annie Philippe sait que le monde artistique remplira sa vie. Après un brillant passage en tant que Petit Rat de L’Opéra de Châtelet, Annie Philippe décidé de se tourner vers la musique, et décide de devenir DJ dans la discothèque à la mode le Pariscope, haut lieu parisien, qui voit défiler de nombreuses personnalité et c’est là qu’elle rencontre Paul Mauriat, l'arrangeur de Charles Aznavour, qui lui demande de venir passer une audition pour Barclay, où Annie Philippe y interprète des titres de Leny Escudero, Marie Laforêtt, et France Gall. Son audition étant payante, Annie Philippe enregistra son premier 45 Tours avec le titre « Vous Pouvez me dire », sans trouver le succès et enchainera en 1965 avec « Baby Love » adaptation des Supremes, qui permettra au public de mieux la découvrir, puis le succès arrivera en 1966 grâce à Guy Marchand qui lui offrira son premier tubes : « J’ai tant de peine ». Par la suite, Annie Philippe enchaine les succès avec les titres « Pas de taxi », « Dis-moi pour qui, pour quoi », « C'est la mode ». En 1966 et 1970 rien ne lui résiste, et part ainsi plusieurs saisons en tournée, avec notamment Jacques Dutronc et Claude Francois, puis décide de prendre un peu de recul avec le show business. Durant de longues années Annie Philippe se retire du milieu avant un retour en 1978 dans un registre Disco, sans grand succès. Les années 90 marquent une traversée du désert, jusqu’en 2001 où Annie Philippe participe aux 15 ans de « La Chance aux Chansons » de Pascal Sevran sur l’invitation de Frank Alamo. Ce dernier voulant retrouver le monde du spectacle, la prend sur sa nouvelle tournée pour assurer les premières parties, avant que les deux se retrouvent sur la tournée « Âge tendre et Têtes de bois ».

Patricia Carli
patricia carli 01Patricia Carli est une compositrice et interprète de chansons à succès, née Rosetta Ardito le 12 mars 1938 à Tarente (Italie). Elle quitte l’Italie peu après la Seconde Guerre mondiale pour suivre ses parents en Belgique. Son apparition dans le monde de la variété date de sa rencontre avec Nicole Barclay, qui l’amène à écrire des textes de chansons et des musiques. Elle connaît ses premiers succès de chanteuse à partir de 1963-1964, grâce notamment à « Demain tu te maries », « arrête, arrête, ne me touche pas », puis avec l’interprétation, avec Gigliola Cinquetti, de la chanson « Non ho l’età », Grand Prix du Festival de San Remo 1964, en version française « Je suis à toi ». Ensuite Patricia Carli, compositrice-interprète, se produit sur différentes scènes de music-hall parmi les plus prestigieuses comme l’Olympia à Paris. Préférant ne pas conjuguer la composition et l’interprétation de ses œuvres, elle décide par la suite de s’en tenir à la composition et de faire interpréter ses créations par d’autres. On lui doit notamment « La tendresse », par Daniel Guichard, plusieurs succès de Mireille Mathieu, « Pardonne-moi ce caprice d’enfant », « Donne ton cœur, donne ta vie », ou encore « Comme tu dois avoir froid » pour Dalida… Elle commence par écrire pour un certain Bob Cléry, alias David-Alexandre Winter. L’auteur-compositeur assure même la direction artistique du chanteur. Leur premier succès commun, une adaptation, s’intitule « Oh! Lady Mary » sorti en 1969. Suivent « Vole s’envole » en 1970, «  À quel printemps viendras-tu ma belle », « Je t’ai connu en septembre ». En 2000, Patricia Carli sort un nouvel album Ses plus grands succès avec d’anciens titres comme le célèbre : « Arrête, arrête », « Demain tu te maries »...

Valérie Lagrange
valerie lagrange 01Fille d’un couple de quincailliers parisiens, Danielle Charaudeau voit le jour le 25 Février 1942. Peu portée sur les études, elle cherche sa voie et se présente à des auditions de comédienne dès l’adolescence. Elle a 17 ans lorsque Claude Autant-Lara l’engage pour interpréter la fille de Bourvil, dans "La jument verte". Il obtient l’autorisation parentale qui permet à la jeune fille encore mineure de quitter le petit commerce familial de la Porte de la Chapelle. En 1962, elle épouse le photographe Serge Beauvarlet et donne l’année suivante naissance à un petit Jérôme. La comédienne se lance dans la chanson, après sa rencontre avec Francis Lai et Pierre Barouh. Son premier disque paraît en 1964, avec les chansons « Paris-Wellington » et « La nuit de mon amour ». Trois autres 45 tours à quatre titres, un format très en vogue dans les années soixante, sortent les mois suivants : « Encore un jour de notre amour », « Un jour sans toi », « Moitié ange moitié bête ». Elle croise le chemin de Serge Gainsbourg qui lui compose un air latino pour « La guérilla » en 1965. Un premier album réunit ses premiers succès avec « La chanson de Tessa », un texte de Jean Giraudoux mis en musique par Maurice Jaubert, qu’elle interprète avec le comédien Jean-Pierre Kalfon. Elle remporte un franc succès lors de son passage à Bobino en 1966, année où elle apparaît à l’écran dans « Un homme et une femme » de Claude Lelouch. Transfuge du groupe Alice, Ian Jelfs est très attiré par les musiques du monde et fait découvrir le reggae à Valérie. Elle sera d’ailleurs la première en 1977 à le chanter en français pour un 45 tours qui connaît un certain succès « Si ma chanson pouvait ». La même année, Valérie Lagrange prête sa voix à Alain Bashung pour le titre « Roman-photo ».

Nancy Holloway
nancy holloway 01Nancy Brown, rebaptisée à 16 ans Nancy Holloway (elle se marie 3 mois avec un jeune homme de ce nom et le gardera), grandit à Cleveland, dans l’Ohio, en compagnie de ses neuf frères et sœurs. Sa mère chante du negro spiritual et initie sa fille à la musique. A 22 ans, elle part visiter l’Europe. Un soir, dans un bar parisien, elle est mise au défi de chanter une chanson sous peine de payer sa tournée. Elle prend son courage à deux mains et interprète magistralement un vieux blues. Le patron du bar l’engage sur-le-champ. Nancy Holloway se produit également en Angleterre, en Allemagne et même au Liban. Mais amoureuse de la capitale française, elle retourne à Paris en 1957 pour s’y installer trois ans plus tard. Elle chante avec Art Simmons, Michel Gaudry ou encore Kenny Clark. En 1959, elle intègre le Moulin Rouge après sa rencontre avec André Pousse qui y occupe d'importantes fonctions. Elle devient l’amie d’Elvis Presley et enregistre deux ans plus tard son premier disque où l’on trouve le titre « Le boogie du bébé ». Femme polyvalente, l’Américaine ouvre son night-club, sobrement nommé « Chez Nancy Holloway », puis fait ses premiers pas au cinéma dans « Ballade pour un voyou » de Jean-Claude Bonnardot. On la voit aussi accompagnée de Nino Ferrer dans certaines de ses représentations. En 1963, elle rencontre un franc succès à l'Olympia pour le spectacle Musicorama, présenté par Jacques Martin. Elle y chante trois chansons dont « T'en vas pas comme ça », version française de « Don't make me over » chanté par Dionne Warwick. Ce single devient l’un des plus grands tubes de Nancy Holloway. Elle réalise parallèlement ses chansons les plus célèbres, comme « Prends tes clés », « Dernier baiser » ou « Dis-lui que je ne suis pas là » avec Nino Ferrer.

Succès Autres Chanteuses

Get Adobe Flash player

Visit www.fbetting.co.uk Review Betfair